4 – Patiente

Suis-je patiente? Hmm… bonne question! La pige de cette semaine tombe à point, c’est le cas de le dire! Avec les journées hyper occupées au travail ces derniers mois, les devoirs, les soirées qui passent trop vite, la création de mon site Rendez-vous inspirant, les préparatifs des fêtes (de ma fille et de Noël), et alouette!, j’avoue que mon seuil de tolérance, face aux petits irritants quotidiens, est variable.

Faire preuve de patience désigne l’aptitude d’une personne à ne pas s’énerver face à l’adversité et les épreuves de la vie, à faire preuve d’indulgence à l’égard de comportements bizarres et/ou désagréables d’autrui, ou encore, à persévérer devant un projet ou un travail lent et rempli d’obstacles.

En toute honnêteté, je crois que ma patience est sélective, souvent influencée par mes valeurs et par le gros bon sens. Certes, je peux patienter dans une file d’attente un peu trop longue, lorsqu’un/e ami/e arrive un peu en retard, quand ma jeune demoiselle utilise son pouvoir de négociatrice à répétition, et devant différentes situations cocasses ou dérangeantes, mais il n’en demeure pas moins que certains événements, personnes, paroles ou circonstances influencent ma perte de sang-froid. Passionnée de nature, j’ai tendance à réagir avec fougue et intensité quand une situation ou un comportement me dérange vraiment.

Par ailleurs, si je pouvais revenir en arrière, j’aimerais pouvoir réécrire les six années qui ont suivi ma grossesse. J’étais rendu au point où j’en avais vraiment marre de me voir constamment bougonner et m’énervée pour un rien. À ce moment-là, j’ai réalisé quelles étaient les circonstances qui semblaient toujours influencer mon humeur. La fatigue, le stress, le temps du mois, l’attitude désagréable ou le narcissisme de certaines personnes, la période difficile que je traversais et la non-acceptation de ma réalité, représentaient des éléments déclencheurs importants à mes périodes d’exaspération, de tension et de frustration.

Heureusement, pendant les cinq dernières années, j’ai cultivé l’art de lâcher prise face aux situations qui ne dépendent pas de moi, et sur lesquelles je n’ai aucun pouvoir. Au quotidien, je travaille aussi à développer et à maintenir une attitude positive pour m’aider à demeurer sereine malgré les aléas de la vie. De plus, je mets en pratique de petits trucs simples pour améliorer ma patience, tel que le silence, les respirations et les pauses à l’extérieur. La notion de pleine conscience m’aide aussi à me connecter avec mon corps, à reconnaître les émotions et les tensions qui jaillissent dans le moment présent. De cette façon, j’arrive à me défaire de mon  irritabilité plus rapidement, et ainsi, mieux évaluer le bien-fondé ou l’impertinence de mon état d’âme du moment.

Comme le dit si bien Alessandro Morandotti : « la patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience ». Il faut donc donner le temps au temps, se permettre quelques petits écarts tout en étant conscient de nos imperfections, et trouver de petits trucs qui nous aident à garder notre sang-froid devant l’adversité. Bref, l’important, c’est d’avoir confiance en notre capacité de persévérer et d’être fier de nos accomplissements au quotidien!


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s